©shutterstock_348254582

Réduire Daesh au silence (1) : les médias sociaux

DAESH ET INTERNET 

Limiter l’accès à Internet

La NSA vient récemment d’annoncer son intention d’intensifier la lutte contre Daesh sur Internet en tentant de limiter les moyens du groupe et de perturber leur utilisation du réseau.

Si la question du blocage des sites et des outils Internet continue de faire débat et semble, dans une large majorité des cas, inefficace il reste toutefois possible de limiter l’utilisation d’Internet par ce groupe terroriste à condition d’y mettre les moyens.

Reste la question de l’utilisation des systèmes et applications de cryptage par les terroristes, dont on sait que, bien qu’utiles aux groupes terroristes sur le plan opérationnels, ces outils sont toutefois limités dans leur portée et leur usage, d’autant plus que certains sont déjà accessibles aux services de renseignement.

À ce titre, de nombreux spécialistes des questions de sécurité et de cryptage s’entendent pour dire que l’accès des autorités à ces applications constituerait une atteinte démesurée aux libertés individuelles et serait surtout une fausse bonne solution.

Quand au fameux « Darknet » que le ministre de l’intérieur Français désignait comme l’antre du terrorisme virtuel, les spécialistes considèrent que l’utilisation des outils tels que le réseau Tor, reste extrêmement marginale, ainsi que le confirme cette étude.

En lire plus

Daesh : un fossé entre le mythe et la réalité

Ceux et celles qui suivent ce blogue le savent je me suis donné pour règle de ne pas diffuser d’images ou de contenu produit par les terroristes de #Daesh.

Exception faite pour cette vidéo qui est loin d’entrer dans la catégorie des images habituellement mises sur Internet par cette organisation pour être ensuite rediffusées dans les médias .

On est en effet ici bien loin de la mythologie propagandiste de Daesh et plutôt en fait au coeur de la réalité que les terroristes tentent de nous cacher par la diffusion de leurs productions fictionnées et mises en scène afin de valider leur pseudo image de « soldats d’Allah ».

Capture d’écran 2016-04-29 à 10.39.52

 

Alors que depuis des années les médias nous plongent dans l’allégorie guerrière avec des couvertures mettant en scène les « têtes d’affiche » du terrorisme mondial, nous n’avons pas assez souvent l’occasion de voir ces mêmes terroristes dans la réalité de leur quotidien.

C’est ainsi que, lentement mais sûrement, s’installe dans l’esprit des gens qui ne connaissent pas de près ce phénomène une vision déformée et manipulée par les terroristes eux-mêmes de ce qu’est réellement cette réalité.

En lire plus

Le feuilleton terroriste

L’opération était « top secret », mais on en connait déjà les coulisses dans L’express, l’avocat est lié par la confidentialité des échanges avec son client mais il se livre dans une longue entrevue sur ce qu’il a appris de lui lors de leurs entretiens…

salah13083244_10208502838902889_7850113218311999889_n

Page d’accueil de L’Obs : 3 premiers titres sur Abdeslam.

Une semaine après son arrestation, le quotidien Le Monde a pu consulter les procès-verbaux d’interrogatoire de Salah Abdeslam qui sont largement retranscrits dans le journal au mépris du secret de l’instruction.

L’arrestation de Salah Abdeslam s’est d’ailleurs déroulée sous le regard des caméras, diffusée en direct par les médias d’information en temps réel.

BFMTV entre en contact téléphonique avec l’un des frères Kouachi en pleine prise d’otages et certains déposeront ensuite une plainte, avant de la retirer, contre la chaîne pour « mise en danger de la vie d’autrui » après que des informations précises sur le lieu où se cachaient les otages aient été données en direct.

En lire plus

Information et enquête indépendante

Un homme a été tué aujourd’hui lors d’une intervention policière dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve.

André Benjamin aurait été atteint par plusieurs tirs policiers et est décédé des suites de ses blessures.

LE RÉCIT DES FAITS DANS LES MÉDIAS

Il est intéressant de constater que les médias ne relatent pas les faits de la même façon.

En effet, La Presse livre un compte rendu assez court des faits avec une photo des policiers sur les lieux, en faisant état du témoignage d’un voisin qui dit :« Je dormais et j’ai entendu bang, bang, bang » en ajoutant : « C’est un très bon gars ».

Selon Radio-Canada :« Arrivés sur place, les policiers auraient constaté qu’il tenait un couteau à la main. Le jugeant menaçant, ils auraient alors ouvert le feu, le touchant au moins une fois. »

Selon le Journal de Montréal, « […] les policiers de Montréal se sont présentés sur les lieux et son entrés à l’intérieur de l’immeuble. À un certain moment, les agents et M. Benjamin se sont retrouvés dans la cage d’escalier. On ignore si les agents ont eu le temps de discuter avec l’homme ou si la situation a immédiatement dégénéré. C’est à cet endroit que l’homme se serait avancé vers les policiers avec son couteau et qu’il aurait été abattu. »

Le Journal de Montréal est celui qui, de loin, présente le compte rendu le plus détaillé de la situation, faisant lui aussi référence à un témoin qui dit avoir entendu trois coups de feu.

En lire plus

Twitter est-il capable de différencier les bons des méchants ?

Si tout le monde ne s’entend pas sur la nature exacte du rôle joué par les réseaux sociaux dans la problématique de la radicalisation et du recrutement terroriste, leur rôle central sur cette question commence toutefois à faire l’unanimité entre chercheurs, policiers et autres observateurs attentifs du phénomène.

Pourtant, malgré quelques déclarations de bonnes intentions annonçant la suppression de plus d’une centaine de milliers de comptes qui ont « publié des menaces ou fait la promotion d’actes terroristes », Twitter continue manifestement de traîner la patte face à l’utilisation du réseau par des organisations qui en maîtrisent parfaitement l’usage et en font un parfait outil de recrutement terroriste, comme le démontre l’expérience que j’ai menée sur Twitter pour mon dernier ouvrage.

En lire plus

Made in France

J’ai regardé le film Made in France la semaine passée avec en tête le fait qu’il avait été déprogrammé des cinémas français à cause des attentats qui avaient frappé Paris juste avant sa sortie.

À la fin du film, j’en suis arrivé à la conclusion que s’il était sorti ne serait-ce que six mois après les attentats, je pense qu’il aurait été très utile à beaucoup de gens d’aller le voir.

Il faut, avant de parler du film, rappeler une évidence : un film seul ne peut rendre compte d’un phénomène global, complexe et multicausal, sur lequel les chercheurs bataillent depuis des années sans pouvoir le définir clairement.

Ceci étant dit, Made in France, est un excellent film qui a le mérite de s’être attaqué de front à un sujet extrêmement difficile, sans être tombé dans le piège de la mièvrerie ou du manichéisme.

En lire plus