Ministre ou « chef de bande » ?

« Je ne me sens pas concernée par le rapport Ménard, mais pas du tout. Je considère que c’est une réponse politique à une commande politique. »

En lisant rapidement cette déclaration de Lise Thériault, la ministre de la Sécurité publique, je me suis d’abord dit qu’il ne fallait pas s’attendre à autre chose du jeu politique qui se joue en ce moment au sujet du rapport de la commission spéciale des évènements du printemps 2012.

Et puis, dans la seconde qui a suivie je me suis demandé si la ministre en charge de la paix publique, mais aussi du bon fonctionnement des organismes policiers dont elle assure – plus ou moins directement – la direction, se rendait bien compte de ce qu’elle disait.

Vingt-et-une recommandations du rapport Ménard portent uniquement sur la police.

En niant totalement l’intérêt technique et opérationnel de ces recommandations et en ne s’en tenant qu’à la partie « politique » du dossier, la ministre se fait la vie belle.

En effet, elle élude tout simplement le fait que si une partie du rapport peut-être teinté d’un certain  parti pris, il n’en reste pas moins qu’il est difficile de mettre de la politique dans la recommandation d’identifier clairement les policiers, faire du renseignement opérationnel avant les manifestations, ne pas utiliser de grenades assourdissantes, s’en prendre plus efficacement aux casseurs ou encore permettre à des gens détenus 7 heures durant de boire et d’aller aux toilettes…

Où est donc la manœuvre politicienne ici ? Nulle part !

Comme disaient l’autre, « quand tu veux tuer ton chien, dis qu’il a la rage » !

– Paru au JdM le 16 mai 2014

Quatre heures à la commission Ménard

À LA RECHERCHE DE LA VÉRITÉ ?

Et si la commission Ménard nous surprenait finalement ?
C’est bel et bien la question que je me suis posée en sortant de cette rencontre de quatre heures, qui devait initialement n’en durer que deux.
Tout d’abord parce que j’ai été agréablement surpris par la pertinence et la justesse des questions qui m’ont été posées, mais aussi parce qu’au lieu de l’entretien mou et sans substance auquel je m’attendais, je me suis retrouvé face à trois interlocuteurs qui semblaient réellement à la recherche de la vérité.

À L’ASSAUT DES VRAIS PROBLÈMES ?

Je sais, j’en entends déjà dire « ça y, encore un qui s’est fait manipuler », puisque je semble passe d’une vision très critique à des interrogations plutôt positives sur cette commission. Qu’on ne s’y méprenne pas toutefois, je ne mélange pas des discussions qui me semblent aller dans le bon sens avec les conclusions qui en seront tirées.
Il n’en reste pas moins que ce que j’ai entendu me laisse plutôt penser que la commission va soulever de vrais problèmes… si elle va au bout des questionnements auxquels elle semble vouloir chercher des réponses.
Dans ces conditions, il n’est donc pas interdit de revoir quelque peu son jugement et d’accorder le bénéfice du doute.

AU FOND DES CHOSES ?

Tout d’abord parce que ce ne sont pas à des questions de diversion que j’ai eu droit durant ces quatre heures mais bien à une suite logique de questions qui donnaient un réelle impression de recherche de la vérité.
Ensuite parce que les sujets difficiles n’ont pas été éludés et qu’au contraire, l’ensemble des points que j’avais développés dans le livre au sujet des manifestations (la seconde partie du livre sur la police au quotidien touche des sujets hors du mandat) ont été abordés sans détours.

UN POINT DE VUE CRITIQUE ?

Le point le plus surprenant finalement, a été pour moi de constater que, de l’avis même de M. Ménard, la commission semblait rejoindre plusieurs des raisonnements que je tiens dans l’ouvrage au sujet des méthodes policières durant ces événements.
Ceux qui ont lu le livre savent à quel point les critiques – que je veux objectives – ne manquent pas quant aux méthodes et aux choix stratégiques des policiers.
Se peut-il finalement que la commission émette un rapport qui soit critique vis-à-vis du travail mené par les forces de l’ordre ?
Si, à la vue des audiences publiques, j’aurais juré le contraire, je n’en suis pas si sûr aujourd’hui et je suis porté à croire que l’image qui a été donné de ces audiences ne reflétait peut-être pas l’état d’esprit de la commission.

STRATÉGIE MÉDIATIQUE ?

Est-il possible que Serge Ménard, menant – comme je le disais dans un précédent billet – une barque à la rame ait fait le choix de faire le « dos rond » devant les caméras tandis que lui et ses commissaires collectaient de l’information pertinente hors des séances d’audiences filmées ? Après tout pourquoi pas, les audiences publiques sont là avant tout pour donner un spectacle.

Et puis, j’ai pu constater que M. Ménard est un fin politicien et qu’il sait fort bien mener sa barque.

QUELLES RECOMMANDATIONS ?

Alors la véritable question au fond est de savoir si lui et ses commissaires rédigeront des conclusions critiques, qui sont attendues par une partie des québécois mais qui déplairont alors à une grande partie de autres, à commencer par les amateurs du tout répressif.
Le point fort de monsieur Ménard sera peut-être aussi son talon d’Achille au moment de rédiger ce document, car comme tout fin stratège, il sait que pour être appliquées des recommandations doivent aussi être considérées comme acceptables par une grande partie des décideurs politiques.

Car, il ne suffit pas de voir la vérité, il faut encore avoir le courage de la dire et de l’écrire.

À suivre donc…

– Paru au JdM le 7 décembre 2013

Ce que je vais dire à la commission Ménard

VENDREDI À LA COMMISSION MÉNARD

Ce vendredi, je serai entendu par la commission spéciale sur les évènements du printemps 2012.
J’y ai été invité après avoir envoyé mon livre « Enquête sur la police » à M. Ménard qui en a fait la lecture et a jugé utile de m’entendre.
J’imagine qu’il n’ignore pas ce que je pense de la commission, que j’ai qualifiée de discussion de salon à la radio et dont j’ai brocardé à gros traits le travail dans un billet de ce blogue assez récemment.
Les membres de la commission vont donc m’entendre leur dire ce que j’ai expliqué dans le livre, soit une critique assez précise et documentée de ce qui a été fait par les forces de l’ordre durant ce printemps 2012.

STRATÉGIE POLICIÈRE VS CHOIX POLITIQUE

Mais j’irai plus loin que dans le livre, où je m’étais astreint à une analyse technique sans vouloir entrer dans le débat politique par souci de neutralité.
J’y tirerai les conclusions logiques de cette analyse, de ce choix volontaire ne pas différencier les bons des mauvais manifestants et de prendre prétexte des difficultés techniques pour ne pas s’attaquer uniquement aux fauteurs de trouble.
Car, j’ai la conviction désormais que si ces techniques – s’en prendre spécifiquement aux casseurs plutôt qu’à la foule – n’ont pas été appliquées, cela ne peut être que le résultat d’une stratégie politique et non policière.

LE SALE TRAVAIL

Dans cette situation, les policiers de terrain ont été les artisans de décisions prises certainement au plus haut niveau politique et dont les chefs des services de police n’ignoraient certainement pas les enjeux.
Des « responsables » politiques qui se sont cachés derrière les policiers à qui ils ont fait faire le sale boulot plutôt que d’avoir le courage de dire qu’ils voulaient casser la dynamique des manifestations.
Ainsi, par la pression policière sur les manifestant et le poids des contraventions distribuées à qui mieux mieux, on est parvenu à essouffler le mouvement, refroidir les ardeurs des manifestants et étouffer leur action.
Personnellement, je ne me prononce pas sur le fait que ce soit un bien ou un mal, je soulève simplement le fait que cette décision n’ a pas été prise et assumée au niveau politique.
On ne peut, en effet, expliquer autrement la façon dont les choses se sont déroulées.

APPLIQUER LA LOI N’EST PAS FAIRE LA LOI

Il n’appartient évidemment pas aux corps policiers de prendre des décisions qui revêtent une importance sociale primordiale et qui sont avant tout des choix de société, donc politiques, plutôt que des décisions policières.
Ce faisant, la police s’est placée en position de juge et partie,engageant sa légitimité sur des choses qui dépassent de loin son domaine de compétence dans un système démocratique.
Cela peut paraître simpliste, mais un corps de police est là pour appliquer le loi, pas pour décider si elle s’applique ou pas, la nuance est importante.

LES FAUTES COMMISES

Enfin, je ne passerai pas sous silence les mauvais gestes et les nombreux comportements non professionnels que j’ai pu relever de la part des policiers lors des manifestations.
Je suis convaincu que ces gestes n’auraient pas été commis si les policiers n’avaient pas été encouragés – directement ou non – à y aller fort pour brasser les manifestants.
Je crois que ces gestes n’auraient pas été commis si la hiérarchie policière faisait son travail et veillait activement à protéger les citoyens (et les policiers eux-mêmes) de ces débordements plutôt que de chercher à préserver à tout prix l’image de leurs services.

ET APRÈS ?

À sa création, j’ai fait partie des quelques  rares qui défendaient l’idée que quelque chose de bon pouvait sortir d’une commission même décidée pour de mauvaises raisons et même dotée de mauvais outils.
J’ai ensuite déchanté en voyant ce que donnaient les témoignages des uns et des autres face aux membres de la commission qui ne poussaient pas les intervenants dans leurs derniers retranchements.
Et je ne parle pas ici que des policiers, puisqu’il aurait été certainement plus utile que tout le monde aille au fond des choses plutôt que personne.

Je n’ai pas la prétention de croire que mon intervention puisse changer quoi que ce soit à ce constat.

Mais je suis bien trop républicain dans l’âme et peut-être un peu trop intéressé par l’avenir de mes concitoyens pour ne pas essayer.

– Paru au JdM le 5 décembre 2013

Rentrez au port capitaine Ménard

Le mandat de la commission dirigée par Serge Ménard touche à sa fin et M. Ménard vient de demander une prolongation des travaux par une requête au ministre de la sécurité publique. Ce mandat devait prendre fin à la fin du mois de décembre et si cette demande est acceptée, ce mandat se prolongera certainement encore quelques mois en 2014.

Quoi de neuf ? 

À ce jour la commission a entendu 135 intervenants, dont les principaux responsables des corps policiers impliqués dans les événements du printemps 2012/2013. Et quoi ? Avons-nous appris quelque chose ?

Les étudiants se plaignent d’avoir été battus ou bousculés, quelques journalistes aussi, les policiers disent qu’ils ont agi au mieux de leurs moyens en fonction des situations rencontrées et les chefs sont fiers de leurs troupes.

En lire plus

Ménard : circulez il n’y a rien à voir

EWAN SAUVES_24 HEURES_AGENCE QMI  Serge_menard_QMI_qmi_1306031136_005

EWAN SAUVES_24 HEURES_AGENCE QMI

Alors voilà, le commandant Simoneau, responsable du quartier 21, trouve que « les manifestations se sont bien déroulées ».

Là où j’aurais été franchement surpris c’est que le commandant nous dise que certaines situations avaient pu déraper, que des policiers fatigués, usés nerveusement, avaient commis des gestes illégitimes… Mais qu’ils avaient, malheureusement mais comme il se doit, été sanctionnés.

Parce que la grande constante à retenir de l’attitude des corps policiers vis-à-vis des médias, comme devant la commission Ménard depuis le printemps 2012, c’est un déni systématique du moindre manquement, de la moindre faute commise. Des fautes que les citoyens, qui ne sont pas plus stupides que les policiers, sont capables de comprendre et même, dans une certaine mesure, d’accepter.

Car, tout le monde sait que les policiers n’ont pas été totalement irréprochables, pour la simple est bonne raison que c’était impossible dans de telles circonstances. Au lieu donc, de faire preuve d’un minimum de réalisme, le SPVM s’enfonce chaque jour un peu plus dans le déni et envoie au front médiatique ses soldats soutenir la ligne du parti.

Un déni qui ne peut à ce niveau que malheureusement relever du discours concerté, préparé et maintenu au quotidien dans le cadre d’une stratégie de communication décidée en haut lieu.

Une doctrine du « ni responsable ni coupable » qui s’étale sans gêne devant une commission d’examen qui n’a ni le pouvoir, ni la volonté, ni la capacité à bousculer un service tel que le SPVM, solidement organisé autour de sa stratégie.

Serge Ménard, malgré son passé ministériel ne dispose pas du bagage technique minimum pour poser les bonnes questions, remettre en doute les assertions policières ni même contredire les énormités avancées par certains. Nul besoin d’aller jusqu’à mettre en cause son intégrité pour pouvoir avancer que ni lui ni les deux autres membres de la commission ne viendront bousculer l’ordre établi.

Le voilà donc, le double échec de cette commission.

Au delà de son incapacité à apporter un regard honnête, pertinent et constructif sur le printemps 2012, Serge Ménard et ses deux assesseurs offrent une nouvelle tribune médiatique à ceux qui viennent y exposer à nouveau leurs talents et la qualité de leur travail, masquant leurs erreurs et leurs manquements sans aucune difficulté aux trois commissaires dont les seuls faits d’arme sont de pousser leurs interlocuteurs à reformuler leurs arguments pour arriver, au final, à dire sans rencontrer de contradiction : «[…] les fois où ça a débordé, on peut les compter sur les doigts de la main […] ».

La commission du printemps 2012 est morte, vive la prochaine commission.

– Paru au JdM le 25 octobre 2013