Affaire Cédrika Provencher : la rive est proche mais le courant est fort…

Le nom et le visage sont connus de tous désormais.

Les liens entre pornographie juvénile et le crime horrible de la petite Cédrika Provencher sont tressés et même tricotés serrés dans les médias à tel point qu’ils semblent intimement mêlés sans que l’on sache vraiment jusqu’à quel point.

Ajoutez-y l’Acura rouge aux poignées chromées…
Les coïncidences sont troublantes il faut le dire. 

Et la parade du suspect a été poussée à son maximum par la justice et la police qui poursuivent une stratégie de pression qui ressemble de plus en plus à une tentative de la dernière chance.
En montrant ainsi le suspect, on souhaite « brasser la cage » mais aussi, certainement, obtenir une information nouvelle, un témoin, un élément quelconque qui puisse faire avancer une enquête qui manque cruellement de preuves solides.

Ce n’est pas faire insulte aux policiers que de le dire.
Ces enquêtes sont terriblement complexes, elles ont débutées à une époque où les moyens scientifiques des policiers étaient bien moins importants qu’aujourd’hui.
Et nous savons tous combien les policiers qui se sont succédé au dossier ont à coeur de le résoudre.

Nous voulons tous que le tueur de la jeune Cédrika soit identifié et condamné.

Nous souhaitons tous que justice soit faite.
Mais au milieu de tout ce tumulte médiatique, de ces cris, ces vociférations…

Je ne peux m’empêcher de penser : et si ce n’était pas lui ?

En lire plus