De quoi s’agit-il ?

Tout commence par une idée !

Un podcast est une création et comme dans toute forme de création, il y a une idée de départ, puis un concept.

N’importe quel sujet peut faire un bon podcast, que ce soit un talk show, que le sujet soit le tricot ou un sport de combat, que ce soit une fiction ou un documentaire, ou ni l’un ni l’autre…

Tout d’abord un conseil tiré de mon expérience personnelle : on aborde jamais aussi bien un sujet que quand il part de nous, de ce que nous sommes, ce que nous aimons et ce que nous connaissons et pratiquons depuis des années.

Mais au fond, l’important n’est pas tant le sujet que la façon de l’aborder.

Parce qu’aucun sujet n’est 100% original ni 100% neuf et que c’est donc la façon de le traiter et d’en faire un concept qui donnera lieu à une création originale et passionnante.

Mais comment savoir si notre concept est aussi bon que nous le pensons ?

J’ai piqué la réponse à cette question au scénariste (et auteur de nombreux ouvrages sur la scénarisation) Blake Snyder et c’est le titre de cet article : « De quoi s’agit-il ? »

À cette question, vous devez être capable de donner une réponse en quelques phrases qui vont non seulement définir votre concept, mais surtout donner l’envie d’en entendre plus !

Ce que Snyder appelle la « Logline », c’est donc ce petit résumé en quelques phrases qui doit raconter le sujet et nous dire comment il va se déployer tout en titillant suffisamment notre imaginaire pour nous permettre de nous en faire une image mentale.

Plus simple à dire qu’à faire !

Snyder insiste sur le fait que la logline, le pitch, ou le résumé (appelez-le comme vous voulez), est la chose la plus importante quand on crée un concept (encore plus quand il s’agit d’une histoire de fiction ou un documentaire) au point d’expliquer qu’il est inutile de commencer à écrire tant que vous ne maitrisez pas cet élément qui va conditionner tout votre projet.

J’adhère entièrement à ce principe que j’ai moi même mis en application.

Il peut paraître étrange de se dire qu’on doit d’abord être capable de résumer son concept en quelques phrases avant de le déployer et de l’écrire (un peu comme si on devait absolument trouver le titre d’un livre avant de l’écrire), mais au fond, en applicant cette règle, on s’oblige à penser et repenser à son idée, son concept ou son récit et on peut alors en identifier les points forts et les points faibles.

Parfois la logline (pour reprendre le terme de Snyder) peut-être très simple, surtout si elle ne décrit que le concept général de votre podcast.

« Des histoires étranges de l’ère numérique » : voilà la phrase qui présente le podcast Distorsion d’Émile et Sébastien.

C’est clair parce que ça dit sans fioriture inutile de quoi parle le podcast et dans quel univers il va se déployer, tout en insufflant une petit dose de mystère…

Pour tester votre concept, entrainez-vous à le raconter à vos proches en commençant par « C’est l’histoire de…. » et vous allez rapidement en apprendre au moins autant des questions des autres sur votre histoire que des questions que vous vous êtes posées vous-même.

L’interlocuteur qui ne connait rien de votre idée vous posera peut-être une question qui vous semblera saugrenue ou étrange.

Surtout ne disqualifiez pas ces interrogations en vous disant « bon, il/elle n’a rien compris » car si l’autre ne comprend pas votre projet c’est soit que vous l’avez mal expliqué, soit qu’il est tout simplement mauvais ou mal construit…

À mon modeste avis, la question « De quoi s’agit-il » doit-être une sorte de mantra pour toute personne qui veut que son idée devienne un podcast.

Snyder finalement, avec la logline (le terme n’est pas de lui mais il l’utilise largement) ne fait que synthétiser ce que d’autres ont dit avant lui et en particulier ce que Nicolas Boileau (1636-1911) a théorisé bien avant les autres en disant :

 

« Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement,
Et les mots pour le dire arrivent aisément. »

 

Et maintenant, à vous de créer !

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire