Le livre sur l’affaire Snowden

Nulle part où se cacher de Glenn Greenwald est certainement le livre le plus incroyable de l’année.

Bien entendu, on y découvre – avec une foule de détails et de copies d’écran des logiciels utilisés – l’ampleur de l’espionnage des citoyens dans le monde entier par la NSA, mais aussi la précision avec laquelle cet espionnage est organisé, géré et dissimulé.

En un mois par exemple, la NSA enregistre 3 milliards de courriels et appels téléphoniques rien qu’aux États-Unis. Capture d’écran 2014-05-19 à 09
La NSA est capable de capter 75% de l’ensemble du trafic courriel et téléphonique des États-Unis.
Rappelons qu’il est interdit aux services de renseignement américains par la constitution américaine d’espionner leurs propres citoyens sans mandat, ce qui est précisément le cas et explique pourquoi la NSA a menti à répétition aux parlementaires américains sur la réalité de ses activités.

On y apprend que cet espionnage n’a jamais été aussi généralisé que depuis l’arrivée d’Obama au pouvoir.
Le gouvernement Obama qui a fait plus de poursuites contre les lanceurs d’alerte que tous les autres gouvernements américains avant lui…

L’intérêt de cet ouvrage réside aussi dans les questions qu’il pose sur le fonctionnement du système journalistique américain, quasiment inféodé aux institutions, et sur la façon dont la lutte au terrorisme est amplifiée, détournée et manipulée pour empêcher ceux qui le souhaitent de parler ou de faire état des dangers d’une telle entreprise.

Raconté à la première personne, cette plongée dans la rencontre entre Greenwald et Snowden et l’affaire qui va exploser à la diffusion des documents de la NSA par ce dernier, est tout simplement stupéfiante.

Un ouvrage percutant, écrit dans un style accrocheur, et dont la lecture est indispensable à quiconque s’intéresse un minimum à ses libertés individuelles et son intimité.

– Paru au JdM le 19 mai 2014

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire