Omar Kadhr, blogue de Stéphane Berthomet

Omar Khadr, le retour de l’enfant soldat

Omar Khadr est libre.
On peine à imaginer ce que cela peut représenter pour cet homme que l’on voit parler paisiblement sur le perron de la maison de son avocat.
Un homme qui doit se sentir bien loin du jeune garçon embrigadé par un père membre d’Al-Qaïda qui l’a entrainé dans le bourbier afghan pour se battre contre les soldats américains.
Omar Khadr dit qu’il est une meilleure personne qu’on ne le pense.

La question que je me pose est : qui sait donc qui est vraiment Omar Khadr ?
Certainement pas les autorités américaines qui lui ont dénié le statut d’enfant soldat en l’emprisonnant dans les conditions inhumaines que l’on connait au camp de Guantanamo.
Certainement pas ceux qui l’ont « interrogé » sous la torture et la menace des pires sévices.
Certainement pas les juges qui l’ont condamné après qu’il eut été obligé de plaider coupable pour troquer plusieurs peines à la perpétuité contre une condamnation qui lui laissait une petite chance de se retrouver un jour libre.
Certainement pas non plus les autorités Canadiennes qui se sont battues pour que Khadr demeure au fond de sa cellule ainsi qu’ils avaient dû s’y engager auprès des amis américains.

Souhaitons juste qu’il ne soit pas le fruit de tout cela…
Qui que soit Omar Khadr aujourd’hui, souhaitons qu’il puisse avoir trouvé un peu de lumière durant toutes ces années sombres pour ne pas devenir ce que tout ce qu’il a vécu pourrait le pousser à être : un homme en colère contre un système inique qui a dérogé à la plupart des conventions internationales pour lui denier les plus fondamentaux des droits humains.
Si Omar Khadr n’est pas devenu cet homme en colère, ce sera déjà un miracle et une grande leçon pour les États-Unis et ceux de leurs alliés qui ont, eux, reniés leur humanité et les valeurs de nos démocraties au prétexte de la lutte contre le terrorisme.

Si vous voulez en savoir plus sur l’histoire d’Omar Khadr, et à travers lui sur celles de centaines d’autres hommes qui sont passés par les camps militaires américains, voici un documentaire de Patricio Henriquez intitulé « Vous n’aimez pas la vérité : 4 jours à Guantanamo ».

Vous pourriez aussi aimer

Un commentaire

  • Diane audet 8 mai 2015   Répondre →

    Merci, de cet éclairage!
    Si jamais un jour, vous pouviez communiquer avec lui, on en saurait peut-etre un peu!

Laisser un commentaire