Enquête interne sur les enquêtes internes…

Ce lundi 20 juin, TVA Nouvelles et le Journal de Montréal, annonçaient que le responsable des enquêtes internes du SPVM, monsieur Costa Labos, faisait l’objet d’une enquête criminelle, enquête qui serait menée par le service des normes professionnelles de la SQ (équivalent des enquêtes internes).

Plusieurs articles citent mon nom dans le cadre de ce dossier, une rencontre entre Roger Larivière et moi ayant fait l’objet d’une surveillance et d’un rapport faisant état d’un déjeuner entre lui et moi.

J’avais, quelques jours après ce déjeuner, relaté sur mon blogue du Journal de Montréal cette rencontre et la présence de policiers qui prenaient un copieux petit déjeuner dans un café de l’avenue Mont-Royal en même temps que nous. (Billet qui n’est malheureusement plus en ligne).

Le contentieux entre Roger Larivière et le SPVM remonte à bien avant ma rencontre avec lui, mais il semble que notre déjeuner, pourtant fait au vu et au su de tout le monde dans un endroit public, ait été le prétexte à chercher de nouveaux tracas à ce policier qui poursuit son employeur pour des « dommages importants » qu’il estime à 500.000$.

En lire plus

Daesh et la liste des 8319 noms

Une liste de Daesh dans les médias

En début de semaine, il me parvenait une information à l’effet que quatre policiers Canadiens auraient été avisés en fin de semaine passée ou début de cette semaine qu’il existait des risques spécifiques pour leur sécurité à cause de leur participation à des enquêtes particulières ou la médiatisation de leur travail.

D’après ma source, cette menace spécifique était liée à l’existence d’une liste émise par Daesh, qui circulait entre les membres de l’organisation terroriste.

En effet, aux alentours du 9 juin, plusieurs médias et observateurs des groupes terroristes annonçaient l’existence d’un fichier de plus de 8000 noms qui constituaient d’après eux une liste de cibles à éliminer désignées aux candidats terroristes occidentaux.

Curieusement, l’existence de cette liste rebondissait dans les médias cette semaine, plusieurs d’entre-eux faisant les manchettes avec la « Daesh Kill list ».

Les médias Canadiens annonçaient ainsi que cette liste comprenait environ 150 noms de gens domiciliés au pays.

L’examen de la liste

J’ai pu me procurer cette liste de noms et l’examiner de plus près et ce que j’en ai vu m’a plutôt laissé dubitatif.

En lire plus

Policiers ciblés et la spirale de l’horreur

Je comprends l’émotion des responsables syndicaux policiers qui s’expriment en France après le meurtre d’un couple de policiers à Magnanville.

Je partage l’émotion des policiers et des policières qui sont ciblés et frappés alors même qu’ils donnent leur plein effort pour défendre leurs concitoyens contre une menace protéiforme et quasi impossible à anticiper, alors même qu’ils sont biens placés pour connaître les manquements des gouvernements successifs dans la lutte au terrorisme tandis qu’eux font face depuis des décennies à une cruelle absence de moyens sur le terrain.

Contrairement à ce qui se dit actuellement dans les médias, ce n’est pas la première fois que les policiers sont ciblés, menacés et frappés jusque devant leurs domiciles.

Le contexte : de 1954 à 1962, la guerre d’Algérie reste comme un terrible partage de l’horreur dans lequel les meurtres répondaient aux massacres dans un déchaînement de violence où les victimes civiles se comptent jusqu’à plus de 100.000 selon certains.

La guerre d’Algérie sera alors – entre autres abominations – le théâtre d’un nombre impressionnant d’attaques de militaires, gendarmes et policiers en plein Paris, parfois en plein jour à partir de 1958.

En 1961 plus de vingt policiers ont été tués dans Paris et sa proche banlieue.

En lire plus
©Jimmy P http://www.jimmy-p.com/blog/drapeau-arc-en-ciel-rainbow-flag/

Aux confluents de la haine

Tandis que l’Europe fait face à une menace qui renvoie aux anciens réseaux terroristes et aux liens complexes entre anciens et nouveaux acteurs, le phénomène de l’auto-radicalisation d’individus isolés, qui agissent avec peu de contacts avec une organisation terroriste, est en train prendre forme lentement mais sûrement aux États-Unis.

Racisme, haine et rage

Dans la longue liste des dizaines d’attaques, parfois aussi haineuses que vengeresses, comme celles de Colombine en 1999 (12 tués), Blacksburg en 2007 (32 tués), ou encore Newton en 2012 (26 tués) les autorités cherchent de longs mois à essayer de comprendre quels mécanismes intimes ont pu pousser les auteurs de ces tueries à passer à l’acte.

Tout comme pour les précédentes, ce que certaines des récentes attaques aux États-Unis, comme la fusillade de l’église de Charleston en 2015 et l’attentat d’Orlando ont en commun – outre leur statut d’actes de terrorisme – c’est que la violence exercée par leurs auteurs est la matérialisation d’une profonde haine de l’autre.

C’est le racisme qui a conduit Dylann Roof (Église de Charleston) à faire feu sur les membres de la communauté noire de cette église, l’idéologie suprémaciste attirant dans son sillage une longue liste de criminels racistes comme Daniel Cowart et Paul Schlesselman (prévoient d’assassiner le futur président Obama en 2008), Richard Poplawski qui tua trois policiers blancs en 2009, ou encore en 1977 Joseph Franklin qui est l’auteur d’une fusillade sur le parking d’une synagogue dans le Tennessee (2 morts) et de plusieurs autres crimes racistes.

Parallèlement à cela, vu le portrait qui commence à se dessiner à son sujet, il est évident que le fait que Omar Mateen se soit attaqué à une boite de nuit fréquentée par des homosexuels ne doit rien au hasard.

En lire plus

Billard à trois bandes au SPVM

Onde de choc ce lundi 6 juin au sein du SPVM avec l’annonce mouvementée du « départ » du commandant Ian Lafrenière de la section des communications et relations médias du SPVM dont il faisait partie depuis vingt ans.

Démis de ses fonctions

Annoncé comme ayant été « démis de ses fonctions » par les médias, dont certains reformulent ensuite plusieurs fois les titres de leurs articles en ligne, il apparaît clairement que le commandant Lafrenière n’a pas fait l’objet d’une promotion et que son retrait de ce poste ne faisait pas partie de son plan de carrière. L’intéressé n’est d’ailleurs même pas présent au moment de l’annonce de la nouvelle.

Une annonce qui n’est pas un « déni » selon les termes de Philippe Pichet, nommé directeur du SPVM en août 2015.

Reste que cette décision a clairement été imposée à l’intéressé, ce que reconnait d’ailleurs le chef du SPVM.

Au delà de la polémique lancée par certains médias, ce changement qui aurait du être mûrement préparé et annoncé sereinement s’est plutôt déroulé dans un climat de confusion alors qu’on évoquait dans le même temps une refonte complète de la structure de communication du SPVM et la nomination d’un civil à la tête du nouveau bureau tout en confiant temporairement la responsabilité à une policière.

Capture d’écran 2016-06-09 à 15.56.00

(Source SPVM)

La fin de « l’ère Lafrenière » 

Après avoir été responsable des relations médias depuis 2005, Ian Lafrenière a pris la direction de la Section des communications et relations médias en 2012, alors que le mouvement de contestation étudiant plaçait le SPVM au centre de l’attention médiatique.

J’ai eu l’occasion de souligner dans mon livre Enquête sur la police et dans de nombreux textes la façon très contestable avec laquelle le SPVM est intervenu autant le terrain que dans les médias pour justifier les méthodes employées à l’époque.

Les tribunaux ont d’ailleurs depuis donné largement raison à ceux et celles qui critiquaient les moyens utilisés pour limiter le droit de manifester.

Malgré les nombreuses voix qui s’élevaient pour protester, le service des communications du SPVM avait alors mis en place une véritable stratégie médiatique afin de couvrir l’action des troupes sur le terrain.

En lire plus

« La meute », suite et fin (pour moi)

En février dernier, j’écrivais un article sur le groupe appelé « La meute » et j’avais à l’époque intégré la page Facebook du groupe dont je suivais de près l’évolution dans le but d’écrire un nouvel article sur le sujet.

Or, il s’est passé de nombreuses choses depuis ces quatre derniers mois et la page Facebook de « La meute » qui regroupait alors près de 25.000 membres, approche ce mois-ci les 45.000 membres.

Une progression essentiellement due au recrutement très actif des responsables du groupe, mais aussi à la place qui leur a été accordée dans les médias, ce dont ils se sont d’ailleurs félicité.

Cette rapide progression du groupe « anti islam radical » – ainsi qu’ils se présentent eux-mêmes, bien que de très nombreux propos ou commentaires visent les musulmans de façon générale tout autant que les immigrants arabes – m’a amené à m’interroger sur l’utilité de revenir de façon approfondie sur le contenu et le parcours de ce groupe qui se borne pour l’instant à organiser des soupers spaghettis…

Ainsi, tant qu’il ne se passe rien qui soit susceptible d’attirer des commentaires pertinents de ma part, je ne vois pas l’intérêt d’attirer plus encore l’attention du public sur ce groupe.

Concluant que tout article de ma part qui donnerait des détails sur cette organisation contribuerait certainement à en faire la promotion indirecte, j’ai décidé de m’en tenir à cet entrefilet sur le sujet.