Les Hells Angels sans Maurice Boucher

Comme l’a révélé Félix Seguin dans le journal de Montréal cette semaine, Maurice « Mom » Boucher ne fait plus partie des Hells Angels.
Ce dernier a reçu fin mars le message l’informant qu’il était exclu de la fraternité.
Pour tous les observateurs du milieu criminel, la nouvelle est de tout première ampleur.
Difficile en effet de dissocier le nom de Mom Boucher de l’histoire moderne des Hells Angels, tant son destin est lié à celui des motards.

Pour le public, Mom Boucher était le chef des Hells Angels et pour les policiers il était celui qui a contribué, par son tempérament et ses actions, à radicaliser le mouvement et attirer une grande partie de l’attention sur lui.
Mais Mom Boucher n’est pas le leader incontesté que l’on pourrait penser en lisant les journaux ou regardant les informations télévisées,
Certains de ses actes ont conduits à des départs au sein du mouvement et il était détesté par d’autres membres des Hells Angels à cause de sa gestion de la célèbre guerre des motards qui dura près de huit ans et fit plus d’une centaine de morts.

Emprisonné à vie, Mom n’est plus d’un grand secours pour l’organisation qui a besoin d’un chef qui fédère, organise et structure les trafics et les alliances, ce qu’il ne peut plus plus faire efficacement depuis sa prison.
De l’autre côté, il ne faut pas écarter le fait que son statut de membre en règle devait peser lourdement sur la suite de sa détention, surtout en ce qui concerne sa possibilité d’obtenir une libération conditionnelle.
Mom Boucher ne souhaitait peut-être pas que ses conditions de détention soient assouplies, car avec le nombre de ses ennemis cela pourrait mettre sa sécurité en danger, mais par contre il va certainement chercher à sortir dès que possible et dans ce cas, ne plus faire partie de la bande sera un avantage.

Dehors, on assiste à une réorganisation du mouvement, les patches ressortent des placards et les différents groupes de motards se font plus visibles comme lors du Bike and Tattoo Show du mois d’avril dernier.
Or, un mouvement qui veut reprendre forme a besoin d’un chef qui soit présent et qui fédère les sympathisants, ce que Mom Boucher n’est plus en mesure de faire.
Il se dit beaucoup du côté policier que Salavatore Cazzetta est devenu le Hells Angels le plus influent du moment et on se souviendra que ce dernier ne porte pas Mom Boucher dans son coeur.
Cazzetta ne peut-être, à lui seul, responsable de la décision prise contre Boucher, mais tout laisse évidemment à penser qu’elle fait bien son affaire.

Ainsi, entre un vieux chef de bande qui, même si il reste un criminel endurci, voudrait peut-être diminuer son temps de prison et une organisation qui veut se renouveler pour renaître de ses cendres, il y a peut-être une explication toute simple.

Celle d’un pacte gagnant/gagnant pour Mom boucher et les Hells Angels.

À suivre…

– Paru le 19 avril 2014 sur le JdM