Twitter est-il capable de différencier les bons des méchants ?

Si tout le monde ne s’entend pas sur la nature exacte du rôle joué par les réseaux sociaux dans la problématique de la radicalisation et du recrutement terroriste, leur rôle central sur cette question commence toutefois à faire l’unanimité entre chercheurs, policiers et autres observateurs attentifs du phénomène.

Pourtant, malgré quelques déclarations de bonnes intentions annonçant la suppression de plus d’une centaine de milliers de comptes qui ont « publié des menaces ou fait la promotion d’actes terroristes », Twitter continue manifestement de traîner la patte face à l’utilisation du réseau par des organisations qui en maîtrisent parfaitement l’usage et en font un parfait outil de recrutement terroriste, comme le démontre l’expérience que j’ai menée sur Twitter pour mon dernier ouvrage.

On peut évidemment comprendre la complexité du travail qui consiste à veiller sur le réseau et procéder à la suppression des milliers comptes qui pullulent et sont ouverts sous un nouveau nom, quelques heures à peine après leur disparition. En 2014, à l’époque de l’émergence médiatique de Daesh, ils étaient déjà plusieurs dizaines de milliers recensés sur le réseau « social »…

Cependant, face à l’ampleur de la menace et la diffusion grandissante de la mythologie terroriste – sans parler des théories complotistes, comptes haineux, diffamatoires ou qui se livrent au harcèlement – il devient de plus en plus indispensable de faire pression sur ces compagnies (dont l’objectif, ne l’oublions pas n’est que financier) pour qu’elles assainissent leur « clientèle » et luttent activement et efficacement contre la haine et la propagande qu’elles contribuent à véhiculer.

Et pourtant, la suspension récurrente de comptes parodiques destinés à lutter contre la propagande terroriste est bien la preuve de leur incapacité à prendre correctement en compte cette problématique.

SIMG_2857i vous ne connaissez pas la Katiba des Narvalos, je vous invite fortement à aller sur Twitter lire les message de ce regroupement de comptes parodiques qui s’est donné pour mission de troller les comptes propagandiste en faisant preuve d’un humour décapant.

Bien que les intentions des membres de la Katiba  soient absolument évidentes à la lecture de leurs messages, Twitter semble ne pas faire de différence entre le bon grain et l’ivraie et procède régulièrement à la suppression récurrente de plusieurs d’entre eux…

Quels que soient les raisons qui conduisent à la suspension de ces comptes (dénonciations par des pro Daesh ou algorithmes incapables de faire la différence entre les « bons » et les « mauvais ») cette situation démontre combien la lutte contre la propagande terroriste a été mal comprise par les compagnies qui s’en font les complices involontaires.

Dans un univers où nous constatons que les plus jeunes ont de plus en plus de mal à différencier informations et mensonges propagandistes, les membres de la Katiba, sont pratiquement les seuls à combattre le message terroriste et ses outils de recrutement par une réponse intelligente qui est celle de l’humour.

Ainsi, au lieu de suspendre régulièrement les comptes comme ceux de ,  ou bien encore @Abou_Cha_bouche et @AbouLafacette, Twitter ferait bien mieux de leur attribuer au plus vite le petit sigle bleu de certification Twitter et tout le soutien nécessaire à la lutte qu’ils mènent contre la propagande de Daesh et ses sbires.

Ce serait bien là la moindre des choses…

Vous pourriez aussi aimer

3 commentaires

  • Garneau Diane 25 avril 2016   Répondre →

    Merci Stéphane Berthomet pour ces informations votre blogue est très intéressant. Merci

  • claireauroc 23 avril 2016   Répondre →

    Article intéressant M. Berthomet, mais au fait, est-ce que les réseaux sociaux sont soumis à une quelconque loi en matière de diffusion, peu importe le sujet, si oui, laquelle? Autre question: ici au Canada, doivent-ils se soumettre aux règles du CRTC, par exemple?

    • claireauroc 23 avril 2016   Répondre →

      J’oubliais, à lire votre article, on se demande si oui ou non Twitter est capable de faire la différence entre les bons et les méchants, quel serait son intérêt à être plus pro-actif?

Laisser un commentaire