Daesh et la liste des 8319 noms

Une liste de Daesh dans les médias

En début de semaine, il me parvenait une information à l’effet que quatre policiers Canadiens auraient été avisés en fin de semaine passée ou début de cette semaine qu’il existait des risques spécifiques pour leur sécurité à cause de leur participation à des enquêtes particulières ou la médiatisation de leur travail.

D’après ma source, cette menace spécifique était liée à l’existence d’une liste émise par Daesh, qui circulait entre les membres de l’organisation terroriste.

En effet, aux alentours du 9 juin, plusieurs médias et observateurs des groupes terroristes annonçaient l’existence d’un fichier de plus de 8000 noms qui constituaient d’après eux une liste de cibles à éliminer désignées aux candidats terroristes occidentaux.

Curieusement, l’existence de cette liste rebondissait dans les médias cette semaine, plusieurs d’entre-eux faisant les manchettes avec la « Daesh Kill list ».

Les médias Canadiens annonçaient ainsi que cette liste comprenait environ 150 noms de gens domiciliés au pays.

L’examen de la liste

J’ai pu me procurer cette liste de noms et l’examiner de plus près et ce que j’en ai vu m’a plutôt laissé dubitatif.

La liste dont je dispose contient 8319 entrées, dont certaines comportent plus de 60 fois le même nom avec les mêmes informations de courriel et adresse.

Après tri et classement, il apparaît que cette liste contient 154 noms de gens qui habitent au Canada dont 9 au Québec.

Sur ce nombre de ressortissants Canadiens, les prénoms indiquent que 118 sont des femmes, 26 des hommes et 10 prénoms ne permettent pas de déterminer le genre des personnes recensées sur cette liste.

Pour le Québec, 7 des personnes sont des femmes…

Il ne m’a pas été possible de croiser cette liste avec plusieurs sources, mais les données générales correspondent à celle dont font état plusieurs médias.

On ne peut toutefois pas exclure – puisque c’est loin d’être la première fois qu’une organisation terroriste de ce type émet une telle liste – qu’il existe d’autres listes en circulation, mais aucune ne semble regrouper autant de noms.

Des « cibles » étrangement choisies

À de très rares exceptions, la liste ne contient que des adresses de courriels personnels, Hotmail, Gmail, et Yahoo, constituent en effet le gros des effectifs de la liste.

Ainsi, si cette liste, qui semble constituée de données liées les unes aux autres (prénom, nom, courriel, adresse, ville, code civique, pays) est tirée de sources où ne figuraient que des données personnelles, typiquement le genre de données sollicitées pour les inscriptions en ligne.

À bien y regarder en effet, cette liste à plutôt l’air sortie d’un quelconque site internet ou des coordonnées des abonnés à LinkedIn par exemple.

La multitude de pays (avec une très large place aux États-Unis) avec quelques Italiens, Français, Allemands, indique plutôt la piste d’une société ou d’un service Internet mondialisé, mais on ne peut pas exclure le fait que certains pays aient été exclus de la liste, même s’il est évident que celle-ci n’a pas fait l’objet d’un tri particulier, vu le nombre de noms en double, triple…

Le plus frappant est qu’aucune adresse courriel gouvernementale ne figure dans cette liste, pas plus que des noms et courriels professionnels de journalistes ou groupes ou institutions agissant d’une façon ou d’une autre contre Daesh.

Aucune personnalité reconnue pour son action ou son militantisme contre Daesh ne semble s’y trouver.

Point important : j’ai vérifié les adresses de plusieurs personnes figurant sur cette liste au Canada et en France et dans plusieurs cas les noms et les adresses indiquées ne correspondaient pas…

Nous voilà donc en face d’un document qui ressemble plus à la copie d’un annuaire téléphonique, adresses courriel en plus, que d’une liste qui semble contenir la moindre logique opérationnelle…

Si c’est là tout le travail que sont capables de faire les cyber djiahistes de Daesh, ça ne va pas bien loin…

Auto-promo et médiatisation

Le sursaut médiatique de cette liste, une semaine après que plusieurs sources l’aient rendue publique, pourrait peut-être nous donner quelques indications sur une partie de cette affaire.

En effet, entre le 9 juin et cette semaine, plusieurs organisations qui se donnent pour mandat de suivre les activités des groupes terroristes, sont intervenues sur ce sujet en relayant ladite liste auprès de plusieurs médias après – disent-ils – l’avoir obtenu sur des réseaux d’échanges d’informations djihadistes par le moyen de l’application Télégram.

Ces « observateurs du djihadisme mondial » bâtissent et assoient leurs réputations sur leurs capacités à mettre à jour des faits nouveaux ou des informations « exclusives » qui feront alors le tour des médias où ils seront crédités.

Ils ont ainsi largement fait la promotion de cette liste auprès de médias dont certains annoncent d’abord la nouvelle et en vérifie la teneur exacte ensuite…

Tout ceci fait le pain et le beurre de ces compagnies d’analyse, dont les sites sont souvent payants, et dont certaines sont par ailleurs assez proches de certaines institutions américaines qui ont pris l’habitude de se servir d’organisations publiques comme de relais pour rendre publiques certaines informations.

Dans le même temps, au lendemain du meurtre d’un couple de policiers en France dans la nuit du 14 juin, une liste de cibles précises était découverte dans l’ordinateur du tueur/terroriste qui se revendiquait de Daesh, ce qui relançait l’actualité sur le sujet.

Ainsi, contrairement à celle du tueurs des policiers en France qui vise des personnalités qui seraient des cibles symboliques importantes, il semble assez évident que celle des 8319 noms ne constitue pas une liste de cibles qu’une organisation terroriste pourrait considérer comme prioritaires.

Pourtant, lla fameuse « Daesh kill list » s’est taillée une belle place dans l’actualité.

Conclusion à l’avantage de Daesh

Il me semble qu’on ne s’est pas assez interrogé sur différents points à propos de cette liste que tout le monde annonce comme une liste de cibles de Daesh.

– Pourquoi autant de monsieur et surtout madame tout-le-monde au lieu d’une liste visant des personnalités engagées contre Daesh d’une façon ou d’une autre.
– Pourquoi cette liste est-elle restée au sein des échanges confidentiels via Télégram si elle est destinée à initier l’action de terroristes auto-radicalisés dont un plus grand nombre serait atteint si elle avait été mise en ligne ?
– Pourquoi cette liste ressemble-t-elle plus au contenu d’un site de rencontre que du répertoire des ministères ou des grands médias de ce monde ?

L’hypothèse d’un cocktail médiatique : liste de personnes indéterminées circulant entre des membres de Daesh à toutes fins utiles + brassage médiatique de groupes d’intérêt + actualité d’une liste ciblée en France + intérêts des médias pour tout les sujets liés au terrorisme, reste donc pour moi la plus probable.

Quant à la présence de policiers Canadiens sur cette liste, il ne m’a pas été possible de contre-vérifier cette information la GRC m’ayant adressé la réponse suivante :

La GRC est au courant de cette menace et travaille de concert avec ses partenaires d’application de la loi et du renseignement au niveau national et international afin de valider cette information et d’informer les Canadiens impliqués.
En raison du caractère sensible de cette affaire, nous ne fournirons pas de plus amples commentaires pour l’instant.
Nous ne possédons pas d’information nous permettant de croire que cette menace est reliée à l’attentat terroriste qui a eu lieu plus tôt cette semaine en Floride.

La présence de policiers canadiens dans cette liste doit donc en rester au stade des suppositions.

Ce qui ne va pas donc pas empêcher les corps policiers Canadiens de devoir prendre contact avec les personnes figurant sur cette liste pour les aviser de ce danger potentiel – et assez hypothétique à mon sens – et donc monopoliser d’importantes ressources sur cette mission, ce qui fait finalement assez bien l’affaire de Daesh dont on vient encore de parler comme du « super groupe terroriste qui désigne ses cibles ».

Vous pourriez aussi aimer

2 commentaires

  • MCM 18 juin 2016   Répondre →

    Il me semble que nos décideurs ont amplement de pain sur la planche, à quoi bon s’ajouter l’onéreuse gestion de la propagande?

  • Garneau Diane 18 juin 2016   Répondre →

    Merci M. Berthomet votre blogue est toujours très pertinent merci Diane

Répondre à MCM Annuler la réponse.