Le policier et son « ami » le Hells Angels

Dans un article qui paraît aujourd’hui dans le journal de Montréal, le journaliste Félix Seguin fait de nouvelles révélations sur le rôle trouble joué par l’ancien policier Benoit Roberge dans la mort d’un informateur, Dany Kane.
Selon les enregistrements dont il a pu avoir connaissance, le policier aurait encouragé l’informateur à se suicider.

Contrairement à ce qui s’est dit au moment où la sentence de Roberge a été connue, le policier était plus proche du Hells qu’il n’a bien voulu le dire.
Ainsi, Benoit Roberge discutait non seulement très régulièrement avec son « ami » Charlebois, mais il s’est aussi rendu au domicile de ce dernier.
Des relations bien plus amicales qu’elles n’y paraissent donc.

Dans un article daté du 10 octobre dernier, je faisais la liste des éléments qui relient le policier Roberge à la mort de plusieurs informateurs dont il était plus ou moins proche.

Claude de Serre, Dany Kane et René « Balloune » Charlebois, tous les trois informateurs de police et tous les trois en lien avec Benoît Roberge sont tous décédés de mort violente.
Pour ajouter au mystère, il faut rappeler que René « Balloune » Charlebois n’est autre que l’assassin de Claude de Serre.
Malgré le fait que sa voix ressorte sur l’enregistrement du « body pack » de Claude de Serre au moment de sa mort, il aura fallu attendre de longs mois avant que Charlebois ne soit finalement identifié.

Était-il si difficile que cela de reconnaitre la voix du Hells Angels pour les policiers et le « spécialiste » Benoit Roberge ?

Autre interrogation : a-t-il été question des circonstances de la mort de certains de ces informateurs lors de la négociation de l’entente conclue entre Benoit Roberge et la poursuite ?

Une réponse à laquelle seules les deux parties concernées seraient en mesure de répondre.

– Paru au JdM le 22 avril 2014

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire