Le vol MH370 a-t-il continué de voler ? [EXCLU]

LE SILENCE DE LA MALAISIE

Une grande partie du mystère qui entoure la disparition du vol MH370 de la Malaysia Airlines tourne autour de l’absence de données quant à sa position exacte au moment de sa disparition.
Aucun appel de détresse n’aurait été envoyé par les pilotes et les autorités Malaisiennes n’ont pas confirmé à ce jour que des messages automatiques de maintenance aient été transmis selon le système ACARS qui équipe certains avions de lignes les plus récents.
Tous les experts s’entendent aujourd’hui pour dire qu’il n’est pas normal que les autorités Malaisiennes ne soient pas en mesure de donner des informations sur le plan de vol exact et les derniers éléments de vol de l’avion.
Tout ce flou entretien bien entendu les hypothèses les plus diverses, dont j’ai fait hier une rapide présentation ici.
Avant d’élaborer sur la question, il faut rappeler que dans le cas de la disparition du vol AF447 entre Rio et Paris, il aura fallu cinq jours pour trouver les premiers débris de l’avion et deux ans pour repêcher l’épave ainsi que les boites noires qui n’émettaient d’ailleurs plus de signal, faute d’énergie.

DES DIFFÉRENCES IMPORTANTES ENTRE LE MH370 ET LE AF447

La disparition du vol MH370 recèle pourtant des éléments bien particuliers qui rendent cette affaire très différente du crash du vol AF 447.
On sait maintenant qu’une enquête pour des actes terroristes a été ouverte par les autorités Malaisiennes qui bénéficient du support du FBI, qui s’est presque immédiatement transporté sur les lieux.
Les deux passagers ainsi que celui qui aurait organisé l’achat de leurs billets sont sous la loupe des autorités et les services antiterroristes de plusieurs pays échangent de l’information en vue de les identifier et d’en savoir plus sur leur éventuelle implication dans cette disparition.
Il n’est d’ailleurs pas à exclure que l’utilisation de ces passeport ne soit pas en lien avec un acte terroriste mais plutôt avec une « simple » usurpation d’identité, comme dans le cas d’une immigration clandestine par exemple.
Malgré le fait que les services antiterroristes français n’aient pas encore ouvert une enquête et que le Canada ne se soit pas non plus avancé sur ce sujet, les hypothèses de l’attentat en plein ciel et de l’incident technique d’une telle ampleur qu’il ait conduit à la dislocation de l’avion en vol sont celles qui restent les plus plausibles.

UNE PISTE TRÈS PEU CONSIDÉRÉE

Pourtant, il y a une autre piste, murmurée par quelques experts comme celui-ci, qui laissent entendre que le vol MH370 n’aurait peut-être pas disparu corps et bien.
Jusqu’à ce matin, je considérais cette piste comme étant la plus improbable, pour ne pas dire fantaisiste.
Qu’on me suive bien : en tant qu’ancien policier antiterroriste, j’ai participé à plusieurs dossiers d’enquêtes sur des vols aériens détournés ou victimes d’actes de terrorisme. Je ne suis ni un amateur des théories du complot, ni très friand de raisonnements qui trouvent leur source dans des hypothèses hasardeuses.
Je m’aventure donc ici en territoire inconnu pour émettre une hypothèse plutôt audacieuse pour esprit cartésien tel que le mien !

INFORMATION CONFIDENTIELLE

Et je m’y avance parce que j’ai eu connaissance ce lundi d’une information très confidentielle m’indiquant que malgré sa disparition des radars au beau milieu de l’océan, l’avion aurait continué à donner sa position pendant au moins plusieurs heures !
Ainsi, selon cette information, l’avion n’aurait pas disparu ni explosé en plein vol pour une raison inconnue, mais aurait continué à émettre des données longtemps après des radars des autorités aériennes Malaisiennes.
Cette information m’est parvenue d’une source dont je ne peux faire état et j’ai donc tenté d’obtenir des précisions auprès de ceux qui traitent habituellement ces données.
Il n’existe que très peu de compagnies dans le monde qui détiennent le savoir faire et le personnel compétent pour analyser et décrypter les informations transmises par les avions afin de rendre ce flot de données compréhensible et utilisable.
Certaines de ces entreprises ont d’ailleurs activement collaboré aux enquêtes sur la disparition d’autres avions dans des circonstances identiques.
Il n’est donc pas difficile pour moi de savoir qui fait quoi dans ce genre de cas et d’appeler la compagnie potentiellement concernée par ce travail.
Cependant, malgré plusieurs appels directs à la responsable des communications de la société en question, rien.
Aucune réponse ni retour d’appel.
Pas plus qu’à mes courriels à son adresse internet directe au sein de la société.
J’ai demandé à parler à un cadre ou un responsable, impossible.
J’ai enfin expliqué au réceptionniste que j’avais des informations concernant l’éventuelle implication de la société en question dans le travail relatif à la recherche du vol MH370 et que j’allais sortir une information à ce sujet.
Je lui ai demandé de faire passer ce message à sa direction ou un responsable pour qu’ils en soient informés.
Rien. Silence total… comme les autorités Malaisiennes sur l’existence ou pas de ces fameuses données de vol.

UN FAISCEAU D’ÉLÉMENTS

Cette information, bien que je la considère comme fiable, ne peut justifier à elle seule que je donne le nom de cette entreprise, mais elle jette tout de même une lumière très particulière sur l’affaire quand on l’ajoute à d’autres éléments de ce dossier.
Plusieurs médias évoquent en effet le fait que les téléphones de certains passagers du vol MH370 continuent à fonctionner et que même, sonnent à l’appel de leur numéro.
D’autre part, on nous dit que le vol aurait amorcé un demi-tour sans que les autorités aériennes Malaisiennes ne soient – trois jours après le drame – en mesure de dire si cette manœuvre figurait ou non au plan de vol.
Bien qu’il ait fallu près de cinq jours pour retrouver les débris du vol AF 447, on ne peut que constater que l’absence de découverte de débris dans le cas du vol MH370, alimente les hypothèses les plus folles.
Enfin, dernier élément troublant, cette déclaration d’un pilote qui aurait été contact avec le vol MH370 au moment de sa disparition et qui pose de nouvelles questions sur la direction du vol au moment des faits.

UN VOL DÉTOURNÉ ?

Et si le vol MH370 avait été détourné de son plan de vol initial et s’était posé quelque part ?

Dans le cas d’un détournement par des terroristes, cette hypothèse est vraisemblable et elle viendrait même expliquer le secret qui plane sur les informations de vol de l’avion et les derniers éléments de sa localisation éventuelle.
Évidemment, cette hypothèse rendrait compréhensible le fait que certains des téléphones de passagers aient pu continuer à sonner alors que l’avion devrait avoir explosé ou disparu en mer…
Elle pourrait même justifier le fait que les terroristes prennent leur temps avant de revendiquer leur acte, attendant que la situation de l’appareil soit connue pour éventuellement négocier.
Pour finir, quand on connait le manque de transparence habituel des autorités Malaisiennes en matières d’affaires intérieures et la culture du secret du gouvernement chinois, on ne serait presque pas étonné si l’un ou l’autre disposait d’informations soigneusement conservées sous le sceau du secret.

L’hypothèse que j’évoque ici est un peu tirée par les cheveux, je le reconnais volontiers, mais au vu de l’ensemble de ces éléments elle vaut largement les autres spéculations.

Il reste possible, évidemment, que l’avion soit resté en vol quelques heures avant de disparaitre en mer ou même qu’il se soit posé quelque part en raison de problèmes techniques.
Dans ce dernier cas, il est très difficile de comprendre pourquoi – à moins d’un atterrissage sur une ile déserte – aucun contact n’a pu être établi quatre jours après le drame.
On serait ici dans un scénario digne de la série télévisée Lost auquel je ne crois guère.
Et il ne faut toutefois pas écarter la possibilité que des raisons techniques puissent expliquer le fait que certains téléphones puissent continuer à sonner et sembler « en ligne » alors qu’ils seraient au fond de l’océan. En effet, la perte du contact entre les appareils et les bornes qui relaient le signal ou le système d’itinérance peuvent parfois induire quelques aberrations techniques.
Car, n’oublions pas que pour que les téléphones puissent sonner, ils doivent impérativement se trouver dans une zone de couverture du réseau de téléphonie mobile et donc, pas au beau milieu de l’océan puisque chaque borne ne couvre que quelques kilomètres.

Je suis souvent le premier à dire qu’il faut se méfier des apparences et si je n’avais pas reçu l’information concernant l’émission de données de vol par l’appareil plusieurs heures après sa disparition « officielle », je n’aurais pas avancé ce genre hypothèse.
Mais si cette information était validée, elle sera certainement un élément central dans la disparition du vol MH370, et surtout dans les recherches de l’avion.

Je vais donc continuer à creuser cette piste jusqu’à en obtenir la confirmation ou l’infirmation et ce billet sera mis à jour en conséquence.

Mise à jour 11/03 à 13h : la compagnie visée par cet article a enfin répondu à mes demandes, après la publication de ce billet, en m’indiquant qu’en raison de l’enquête en cours ils ne feraient aucune communication sur le sujet et que les informations viendraient des autorités aériennes ou des responsables de l’enquête.
Il ne s’agit donc pas du tout d’un démenti mais plutôt d’un refus de répondre à des questions simples, telles que « Votre entreprise est-elle impliquée actuellement dans le traitement des données de l’avion MH370 ? ».
Un silence sur lequel je laisse à chacun le soin de tirer ses propres conclusions.

Compte tenu des délais nécessaires au traitement de ce type de données, on peut imaginer que les informations seront transmises certainement bientôt aux autorités chargées de l’enquête.
Normalement, ce sera l’affaire de quelques heures, ou une journée au plus, avant que nous n’ayons des nouvelles de ces fameuses données.
À moins que pour des raisons liées à l’enquête, les autorités aéronautiques ou policières ne souhaitent conserver encore secrètes ces informations sur le vol MH370.
À suivre !

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire