L’immigrant terroriste

J’ai vu passer cette semaine plusieurs messages, articles ou commentaires de gens inquiets du fait que des terroristes puissent se dissimuler dans le flot de réfugiés qui arrive régulièrement sur les frontières Européennes pour venir frapper un jour le Canada.

Les plus angoissés évoquent de véritables « commandos terroristes » frappant la Grèce, l’Italie ou la France et même des « cellules dormantes », vieux fantasme issu des pratiques de la guerre froide.

Gardons un peu notre calme et soyons réalistes.

Souvenons-nous d’abord que les terroristes n’ont pas besoin d’infiltrer chez nous des commandos pour organiser des attentats. Ces méthodes, pratiquées il y a des décennies sont malheureusement devenues désuètes et inutiles pour des organisations qui poussent des gens à agir sans même avoir besoin de leur faire passer un ordre précis.

Ces dernières années, Daesh est parvenu à faire du djihadisme terroriste un message planétaire, une vocation pour le perdant radical, ainsi que le nomme Hans Magnus Enzensberger, et les modes opératoires du terrorisme ont donc largement évolué vers des actes isolés, préparés en solitaire avec un minimum de ressources et sans soutien opérationnel des organisations.

D’autre part, les réfugiés qui ne seront pas refoulés seront passés au filtre des services d’immigration et je doute que l’option du « commando infiltré » mérite dans ces conditions tous les efforts qui devraient être déployés pour que des terroristes passent sous nos radars.

Comprenons-nous bien, je ne nie pas le fait que Daesh puisse planifier toutes sortes de plans, ou qu’à titre individuel des individus liés à des organisations terroristes ou criminelles tentent de profiter de la masse des réfugiés pour essayer de passer nos frontières. Je crois simplement que focaliser sur ce point revient à faire de la question migratoire uniquement un enjeu de sécurité de façon largement exagérée.

S’il doit y avoir une menace, et il y en a déjà une assez importante du simple fait des candidats recrutés parmi nos propres citoyens, nous ne pouvons rejeter du revers de la main le fait que des gens dont le pays est à feu et à sang ne nourrissent une certaine rancœur à notre encontre en voyant le peu d’empressement que nous mettons à régler un problème dans lequel nous sommes totalement partie prenante.

Mais, connaissant les motivations et le parcours d’un immigrant arrivé sans aucune ressource dans un pays occidental, je ne miserai pas un 25 sous sur la possibilité de voir débarquer demain au Canada un commando complet de fous de dieu pour mettre le pays à feu et à sang.

Que les braves gens se rassurent, le James Bond syrien dissimulé en réfugié n’a certainement pas encore embarqué dans un frêle esquif pour venir semer la mort chez nous.

Au lieu de cela, sans que nous ne fassions finalement grand chose pour le prévenir, ce sont de jeunes français, italiens, Belges ou encore Canadiens qui se radicalisent tranquillement à notre insu au cœur de nos villes.

Et ça, c’est surtout la menace de demain…

Vous pourriez aussi aimer

Laisser un commentaire